Rome

J’ai visité la capitale italienne avec ma belle-famille. Six adultes, dont deux femmes enceintes, et trois enfants de moins de sept ans. Métro chaotique, sites touristiques bondés et chaleur accablante. Je ne sais pas comment on a fait, mais c’était super. Les petits comme les grands ont adorés cette ville, que ce soit pour ses piazzas ou ses pizzas!

1. Le Colisée

J’ai encore peine à croire ce que j’ai vu au Colisée de Rome. Non seulement c’est incroyable de voir cet édifice encore debout après près de 2 000 ans, mais ses histoires donnent froid dans le dos. Les murs du Colisée en ont vu des choses, des combats de gladiateurs aux exécutions publiques. On peut encore voir une partie du plancher de bois, qui laisse voir le sous-sol où le sang des gladiateurs coulait et où les bêtes sauvages erraient.

Preuve du génie des Romains de l’époque, ils utilisaient des billets avec des sièges assignés, similaires à ce qu’on utilise encore aujourd’hui dans les amphithéâtres du monde. Pas besoin de mentionner que l’endroit est envahi de touristes, mais c’est un incontournable. Cependant, le soir venu, le site est plus tranquille et le Colisée est superbement illuminé.

2. Le Panthéon

Je me demande encore comment ils ont fait. Les ingénieurs de notre temps se le demandent aussi, puisqu’il s’agit encore de la seule coupole en béton non armé au monde. Il y a dû en avoir des esclaves pour créer ça! L’entrée est libre, ça vaut une visite. On se demandait s’il y avait une vitre au centre de la coupole, jusqu’à ce qu’on voit un oiseau s’envoler à travers le trou!

3. La gelato

J’ai rarement eu aussi chaud qu’à Rome, enceinte de 5 mois, à déambuler dans les rues à 30 degrés à l’ombre. La gelato, cette spécialité italienne glacée, a fait mon grand bonheur durant mon séjour. Les gelaterias sont à chaque coin de rue à Rome, et elles sont (sans doute) toutes délicieuses. Certains endroits sont très chers par contre, vérifiez les prix, surtout si vous souhaitez la déguster en terrasse. J’ai goûté au paradis sous forme de cornet dans une minuscule crémerie près de notre appartement, Procopio, à la Piazza dei Re di Roma (à la station de métro du même nom). Leur gelato au Nutella est une crème à la vanille dans laquelle on ajoute, devant nos yeux, une immense cuillerée de ce chocolat aux noisettes. Le tout servit dans un cornet gaufré. Pour deux euros. Enough said.

Aussi, si vous êtes avec des enfants (ou vous en êtes un, comme moi), rendez-vous à la Gelateria Della Palma, qui propose 150 saveurs. Oui, vous avez bien lu. J’y ai mangé une crème glacée aux mille feuilles, après 10 minutes d’hésitation devant l’immense présentoir. Armez-vous de patience par contre, la place est remplie de touristes, comme elle est à proximité du Panthéon. Ne serait-ce que pour voir l’énorme comptoir et ses variétés farfelues, ça vaut un petit arrêt.

4. Le Vatican et la Basilique St-Pierre

Réservez d’avance. Il s’agit d’un incontournable, inaccessible si vous ne réservez pas d’avance. Et préparez-vous mentalement à voir plus de belles choses que votre cerveau peut en contenir. Je vous conseille un guide pour bien comprendre, ou à tout le moins un audio-guide. La visite de la Basilique St-Pierre est gratuite, mais vous devez débourser pour voir le musée du Vatican. Vous comprendrez vite que l’Église est riche. Très riche. Personnellement, j’ai été émerveillée à plusieurs reprises, mais aussi outrée en pensant à la génération de nos grands-parents qui ont beaucoup donné à l’Église, alors qu’ils vivaient pratiquement dans la pauvreté chez nous… mais bon. Est-ce que j’ai dit de réserver d’avance? Plus: saviez-vous que le Vatican est le plus petit pays du monde?

Fun fact: on s’est retrouvé dans la chapelle Sixtine avec Conan O’Brian!

5. La Basilique Saint-Jean-de-Latran

Cette église est aussi majestueuse que la Basilique St-Pierre, et est accessible gratuitement, loin des foules. Elle est la cathédrale de Rome, et le Pape y est l’évêque, d’où son ampleur. San Giovanni di Laterano est la plus vieille église de la ville, fondée par l’empereur Constantin. Son intérieur donne le vertige, entre autres en raison des immenses statues d’apôtres. Située près des remparts, elle vaut le déplacement.

6. La plage de Santa Marinella

En raison de la chaleur, nous avons cherché un endroit où se rafraîchir à proximité de la ville. Il y a plusieurs plages en banlieue de Rome. Un trajet de moins d’une heure en train, moyennant une vingtaine d’euros, et nous étions dans le petit village de Santa Marinella, où le sable était blond et l’eau était claire. Une journée parfaite, à siroter une granita sous le chaud soleil italien. La vita es bella en maudit.

7. La Piazza Navona

La Place Navone est la plus grande place publique de Rome, située à proximité du Panthéon. Elle est très animée et bordée de sympathiques terrasses. La fontaine des quatre-fleuves trône au centre de la place, est celle-ci symbolise “les quatre parties du monde”: l’Europe avec le Danube, l’Afrique avec le Nil, l’Asie avec le Gange et l’Amérique avec le Rio de la Plata. Un superbe endroit où s’asseoir et observer la faune locale et touristique.

8. La Rome Antique

Romantique, la Rome Antique? Pas tellement selon moi. J’ai vu des sites de ruines plus intéressants et mieux documentés en Turquie. Comme il s’agit tout de même du berceau de la civilisation, ça vaut une visite. L’entrée est incluse avec un billet pour le Colisée.

Ce que j’ai trouvé fascinant, c’est l’emplacement du site, en plein coeur de la ville. J’ai imaginé le sous-sol du reste de la ville, qui doit cacher des petits trésors et des réponses aux nombreuses questions que se posent les historiens.

9. Les trattorias

En Italie, on mange italien, point final. La diversité culinaire qu’on connaît ici est pratiquement inexistante à Rome. Les Italiens sont trop fiers de leur cuisine (avec raison). Pour bien manger pour pas cher, cherchez les trattorias. Ce sont des établissements familiaux sans prétention, dont la carte est plus simple (mais non moins savoureuses) que les restaurants.

Malheureusement pour nous, on a découvert ce petit secret dans les derniers jours de notre périple. On a quand même pu manger l’un de nos meilleurs repas en Italie dans une petite trattoria près de la Piazza Navona, gentiment servi par un serveur qui parlait français!

10. Une chasse au trésor urbaine

Pour intéresser les trois petites filles, j’ai acheté une chasse au trésor clé en main avant de partir, offerte par une entreprise touristique locale. Le kit s’ est avéré être un peu décevant pour son prix, mais l’activité a hautement plu aux fillettes. En suivant les indices du parcours, nous, les adultes, en avons aussi appris davantage, et avons visité des lieux qui n’auraient pas attiré notre attention autrement. Si vous êtes créatifs et avez un peu de temps, je vous suggère d’en créer une vous-même. Sinon, l’entreprise Rome is Rome offre le kit en français. Signe que l’activité fut un succès: ce soir-là, alors que je demande aux filles ce qu’elles ont aimé de leur journée, elles me répondent en coeur : « L’éléphant! ». N’ayez crainte, Rome n’était pas envahie par ces énormes bêtes. Il s’agissait plutôt d’une statue d’éléphant, l’une des énigmes, à trouver à proximité du Panthéon!

Dates de mon séjour: du 30 juin au 6 juillet 2014

Publicités

Istanbul

Istanbul_galataLa Turquie: un pays magnifique rempli de secrets bien gardés. Tout est un dépaysement, pour nous qui sommes si habitués à notre mode de vie américain. Un grand coup de cœur pour moi. Les Turcs sont accueillants, principalement dans les villes de taille moyenne qui vivent beaucoup du tourisme. À découvrir du sud au nord, pour voir l’éventail des paysages turcs.

La géographie d’Istanbul est unique, puisque la ville est composée de trois pointes qui donnent sur deux fleuves différents (le Bosphore et la Corne d’or), et relie deux continents! Vous pourrez en effet mettre un pied en Asie en restant à Istanbul. Aucun de mes coups de coeur n’y est cependant situé, car nous avons manqué de temps pour explorer en détail cette partie de la ville. Le côté européen est très riche et représente l’Istanbul bien connu.

Istanbul_istiklal1. Istiklal Caddesi et Beyoğlu

L’avenue Istiklal est connue pour son tramway jaune. Véritable épicentre du côté jeune et moderne d’Istanbul, c’est sur cette rue piétonnière du quartier de Beyoğlu (prononcez Béyolu) que l’action se déroule. Jusqu’à tard la nuit, on entend la musique des bars et des clubs résonner. Attention par contre, plusieurs sont des pièges à touristes.

Istiklal Caddesi et son tramway débouchent sur la Place Taksim, connue désormais pour avoir été le théâtre des manifestations de juin 2013, visant à sauver le parc Gezi, son voisin. Lors de notre séjour en octobre de la même année, il ne restait de cette révolte qu’une surveillance policière accrue, et le parc est toujours ouvert aux citoyens et aux enfants.

Pendant votre passage dans Beyoğlu, je vous recommande fortement d’aller déjeuner au Lemon Garden (Limonlu Bahçe). Comme son nom l’indique, vous mangerez dans un jardin de citronniers! En plein coeur du quartier, sa terrasse est bien cachée, mais vous ne regretterez pas de l’avoir cherchée quelques minutes. Les copieux brunchs sont accompagnés de fromages fins, de noix et de figues fraîches. Un vrai délice! Le resto nous a été recommandé par notre hôtesse, sinon nous n’aurons jamais vu ce secret bien gardé. L’endroit est ouvert aussi pour souper et offre une belle variété de cocktails. Notre serveur parlait à peine anglais (et encore moins français), mais nous avons été reçus comme des rois.

Le Lemon Garden (dommage, il pleuvait quand nous y sommes allé)
Le Lemon Garden (dommage, il pleuvait quand nous y sommes allés)

Istanbul_TourGalata2. La Tour de Galata

Le billet pour accéder en haut de la tour est un peu cher, mais la vue 360 degrés sur la ville vaut le coup (et le coût!). Nous avons eu la chance d’être au sommet lors de l’appel à la prière, et la scène était complètement surréaliste. Sainte-Sophie et la Mosquée bleue se répondaient en écho. Un moment fort de mon voyage, où j’ai pu voir (et entendre) Istanbul dans toute sa splendeur.

La Tour de Galata date de l’époque médiévale, et elle domine sur la colline comme la plus haute construction d’Istanbul. L’édifice servit tantôt comme poste d’observation puis comme prison sous Soliman le Magnifique. Aujourd’hui, mise à part sa terrasse d’observation, la tour abrite un restaurant, un café et une boutique de souvenirs.

3. Une visite au Hammam

Le hammam est peut-être l’expérience la plus dépaysante (limite traumatisante) d’un séjour en Turquie. Véritable mode de vie pour les Turcs depuis l’époque ottomane, les bienfaits que vous ressentirez valent bien le fait de sortir de votre zone de confort. Gommage, massage à l’huile, savonnage… je recommande de prendre la totale! Il ne vous en coûtera qu’environ 70 lires turques (35$). Quand même moins cher qu’une journée de spa au Québec. Oubliez par contre la musique relaxante et les chandelles!

Celui qu’on a essayé, conseillé par notre hôtesse: Hammam Aga, dans le quartier de Beyoğlu. Datant de 1454, il compte parmi les plus vieux de la ville. Il est mixte et est très intime, parfait pour une initiation. Vous en ressortirez avec de belles anecdotes à raconter, promis! Comme le dit si bien ma complice de hammam Claudine, « le hammam est une expérience ultra-sensorielle qui transcende les frontières ». Ça dit tout!

Istanbul_Bosphore4. Une croisière sur le Bosphore au coucher du soleil

Istanbul étant trois rives autour de deux fleuves, ne pas faire une petite croisière serait un sacrilège.  Au moment où le soleil se couche et le ciel devient orangé, la vue sur les montagnes et les mosquées est magnifique. Une carte postale vivante sous vos yeux. À ce qu’il paraît, ce serait les particules de sable présents dans l’air qui donneraient cette couleur à l’horizon (merci, Météo média!).

Si vous souhaitez économiser, optez pour une croisière non commentée et armez-vous d’un guide touristique. Les traversiers peuvent aussi être une option, quoique leur parcours est souvent très court. Les Stambouliotes (oui oui!) qui l’empruntent chaque jour y sont pressés en fin de journée, décidés à rentrer rapidement à la maison.

5. Sainte-Sophie

Istanbul_SainteSophie

Cette ex-basilique et ex-mosquée est un endroit unique. Hagia Sophia en anglais (ou Ayasofya en turc, dérivée d’une expression grecque signifiant Sainte sagesse) a été construite comme basilique et ouverte pour la première fois en 537. Jusqu’en 1520, elle fut le plus gros édifice religieux au monde! Utilisée comme église pendant 916 ans (!!), elle fut convertie en mosquée après la conquête d’Istanbul, sous l’emprise du sultan Mehmed en 1453. Les multiples fresques chrétiennes furent donc recouvertes de lait de chaux, car les musulmans ne personnifient jamais les dieux. Elle servit ensuite comme temple islamique pendant 482 ans, avant d’être transformée en musée par le président Atatürk, en 1934. Des fouilles effectuées à ce moment ont permis de découvrir des vestiges de l’église byzantine qui trônait sur place bien avant Sainte-Sophie, soit en 415.

Des symboles catholiques et islamiques cohabitent dans Sainte-Sophie
Des symboles catholiques et islamiques cohabitent dans Sainte-Sophie

Depuis que les fresques d’origine ont été réexposées, des représentations d’Allah côtoient celles de Jésus dans le musée. On y voit aussi des éléments architecturaux qui témoignent de la lourde histoire de l’édifice et de l’évolution de la Turquie. Bref, un must d’Istanbul. Situé en face de la Mosquée bleue, les deux édifices historiques se regardent sans se faire ombrage.

Comme pour la plupart des lieux incontournables, les visites guidées sont très chères. L’audioguide peut être une bonne option. Pour notre part, nous avons acheté un petit livre vendu sur place à 5 lires turques, pour découvrir Sainte-Sophie à notre rythme.

6. La Mosquée bleue (ou mosquée Sultanahmed)

Istanbul_MosqueeBleue

Ce temple islamique rivalise avec la Mecque en raison de son ampleur et de ses six minarets. Si bien qu’au moment de sa construction, entre 1609 et 1616, l’architecte ottoman dût faire don d’un septième minaret à la Mecque, puisque c’est cet endroit, lieu de naissance du prophète Mahomet, qui doit dominer sur tous les lieux de culte . Elle doit son nom aux mosaïques bleues de sa décoration intérieure. Elle est magnifique de tous bords tous côtés. J’ai aimé pouvoir en savoir un peu plus sur l’Islam et observer les musulmans dans leur moment de prière.

Mesdames: n’oubliez pas que vous devrez vous couvrir la tête pour entrer, alors prévoyez un foulard, sinon on vous en prêtera un sur place. Si vous êtes en sandales ou en ballerines, amenez également des bas, car les souliers sont interdits.

Après avoir vu la Mosquée bleue, rendez-vous à la citerne-basilique, située sous ses pieds, et dont l’entrée est tout près.

7. Les passages

Ce concept est très européen et me plaît beaucoup. À Istanbul, les passages se cachent en bordure d’Istiklal Caddesi. En parallèle de cette artère très mainstream, ces petites rues commerciales sont un vent de fraîcheur d’authenticité, même si elles carburent tout autant au tourisme. Couverte ou non, chaque ruelle a sa spécialité. J’aurais personnellement pu dépenser une petite fortune dans le passage des antiquaires. Nous avons mangé en terrasse sur le passage aux poissons, où le restaurateur t’invite à choisir ton poisson dans son présentoir de glace. D’autres passages débouchent sur de petites places très intimes, à découvrir au détour.

Le passage aux poissons    Le passage des antiquaires

Pour repérer les passages, portez attention aux rues transversales situées à votre gauche lorsque vous montez Istiklal Caddesi de Galata vers la place Taksim.

Istanbul_PontGalata
Remarquez les lignes des pêcheurs!

8. Le pont de Galata

Le pont de Galata a deux niveaux: le pont supérieur permet la circulation automobile et accueille les pêcheurs, alors qu’un niveau inférieur offre restaurants et bars. Assoyez-vous en terrasse pour voir les lignes de pêche descendre dans le Bosphore. (Attention, négociez tout, même votre bouteille de vin!) Si vous êtes chanceux, vous serez témoins d’une belle prise. Pour ma part, j’ai vu un dauphin sauter de l’eau à cet endroit. J’ai aussi vu un sous-marin dans ce fleuve. Définitivement, le Bosphore est plein de surprises!

9. Le marché aux épices

Un peu plus authentique que le Grand Bazar, le marché aux épices vous étourdira un peu avec ses vendeurs trop motivés. Goûtez à la multitude d’épices et de turkish delights qu’on vous offrira, et profitez-en pour acheter vos souvenirs (n’oubliez pas de marchander!). Pour notre part, on a fait le plein de thé turc et de thé aux pommes (miam!). Et les hommes ont goûté à toutes les épices de cig kofte que le marché avait à offrir.

Le Grand Bazar propose de son côté un amalgame de babioles et de répliques de grandes marques. Pas beaucoup de charme selon moi, mais il peut être un bon choix si vous souhaitez rapporter des bijoux de qualité.

Istanbul_marcheEpices
Le marché aux épices, c’est ça x 1 000!

10. La cuisine turque!

Istanbul_cremeGlacée
Un vendeur ambulant de crème glacée

Je suis en amour avec la bouffe turque! Que ce soit les manti (minuscules pâtes farcies servies avec une sauce au yogourt), les pide (pizza turque) ou les cig kofte (boulette de lentilles assaisonnées d’épices), je tripe. Et je ne parle même pas des desserts (allô, baklava!) et du traditionnel déjeuner! Les Turques ont une crème glacée typique aussi, appelée kahramanmaraş et vendue par des marchands ambulants. Elle s’étire comme une gomme balloune, ce qui leur permet de faire des singeries pour séduire les touristes. Je me suis fait prendre, mais il fallait absolument que j’y goûte, moi qui aime un peu trop la crème glacée. Au final, c’était bon, mais rien de révolutionnaire. Comme il s’agit d’une tradition turque vieille de trois siècles, ça valait quand même l’essai.

Si vous avez un restaurant à choisir à Istanbul, c’est celui-ci : Karaköy Lokantasi. Il nous a été recommandé par l’une des sœurs du resto Sefa, authentique cuisine turque à Montréal  (avenue du Parc, à découvrir), qui y a travaillé pendant cinq ans. Nous y sommes allés sans réservation (erreur), mais l’attente en a valu le coup: c’était absolument délicieux. Un excellent endroit pour découvrir la fine cuisine turque. Attention de ne pas vous perdre dans les ruelles du quartier de Karaköy pour vous y rendre!

Le restaurant du Istanbul Modern (musée d’art contemporain d’Istanbul) était très bon aussi, quoiqu’il avait très peu de charme turc, autre que celui d’être situé en bordure du Bosphore. Admettons que ça se dit bien dans une conversation par contre: “ J’ai découvert un bon vin turc au restaurant du Istanbul Modern ”. Ah oui, j’oubliais: le vin turc est délicieux! Décidément, la Turquie avait tout pour me plaire.

Istanbul_vue
Vue du haut de la Tour de Galata

Dates de mon séjour : 29 septembre au 4 octobre 2013

Antalia

Antalia_vue
La Méditerranée sur les rives d’Antalia

Les Turcs sont fiers, et sont tellement contents lorsqu’on s’intéresse à eux et à leur culture. Partout où nous sommes passés, nous avons été très bien reçus. D’ailleurs, j’ai l’habitude, quelque temps avant de partir en voyage, d’apprendre quelques mots de la langue locale. Ça me permet de me débrouiller un minimum, et ça crée souvent un premier lien avec les gens que je rencontre. La Turquie est l’endroit que j’ai visité où ce petit effort a fait le plus de chemin. Pour vous encourager à faire de même, j’ai inséré un mini guide français-turc à la fin de ce billet. Karşılama.

1. La plage d’Antalia

Cette plage est particulière en raison des galets qui remplacent l’habituel sable.

La plage de galets
La plage de galets

Ceux-ci font en sorte que l’eau est d’une clarté absolue, et la plage est multicolore. Ils rendent la marche difficile par contre, alors pensez à apporter vos souliers de plage. La vue sur la mer et les montagnes au loin est à couper le souffle.

Profitez de votre escapade vers la plage pour prendre le sympathique tramway qui longe la mer et Ataturk Caddesi.

La plage d'Antalia, à perte de vue
La plage d’Antalia, à perte de vue
Antalia_InonuCaddesi
L’invitante Inönü Caddesi

2. Inönü Caddesi

Nous sommes tombés sur cette rue par hasard, et elle a attiré notre regard par ses parapluies multicolores suspendus au-dessus des nombreuses terrasses. Nous nous y sommes arrêtés pour boire un thé turc et découvrir la cuisine locale comme les cig kofte, un vrai délice. De nombreux Turcs s’y retrouvent pour jouer aux dames.

3. La vieille ville

Partez à la découverte de la vieille ville et perdez-vous dans ces nombreuses petites rues. Même si elles regorgent de magasins de souvenirs et d’objets de contrefaçon, il est très agréable de s’y promener. Vous croiserez au hasard des vestiges du Antalia d’une autre époque. Certaines ruines qu’on y trouve sont cependant dépourvues d’explications. On s’est bien amusé à leur inventer une histoire, comme la fameuse usine de boîtes d’Antalia, qui a fermé ses portes lorsque ses employés ont voulu se syndiquer. Lol.

4. Atatürk Caddesi

Vous allez le découvrir assez vite en Turquie, l’ex-président Mustafa Kemal Atatürk est un demi-dieu pour beaucoup de Turcs. En très bref, il a réalisé l’indépendance du pays, et il a laïcisé l’état turc. Renseignez-vous sur le personnage, dont vous verrez le nom et la photo partout.

À Antalia, l’une des rues principales lui est dédiée. Atatürk Caddesi est une rue commerciale bordée de palmiers, où il est sympathique de se balader. Vous y croiserez des monuments historiques, comme Hadrian’s Gate.

Bifurquez vers les ruelles pour découvrir le “vrai Antalia”, où les gens vivent. Certains hôtels y sont d’ailleurs cachés. Quoiqu’intimidantes au début, elles sont accueillantes, avec les enfants qui y jouent et les discussions de voisins. Je remercie d’ailleurs les deux gentils messieurs qui ont tenté de nous expliquer le chemin vers notre hôtel, tout en ne parlant pas un seul mot anglais. Teşekkür ederim.

Antalia_HadriansGate
Hadrian’s Gate

5. Hadrian’s Gate

La porte d’Hadrien est située en plein coeur d’Antalia, et fût érigée en l’honneur de l’empereur romain du même nom, venu en l’an 130 après J.-C. Les deux tours de chaque côté du passage sont très différentes, l’une datant de l’époque romaine, l’autre ayant été érigée par le Sultan Alaaddin Keykubat 1.

De l’autre côté de l’arche se trouve un pub avec une jolie terrasse. Il cache un escalier qui vous permettra d’accéder en haut de l’arche de la porte, où vous aurez une vue inédite sur la ville.

La vue du haut de Hadrian's Gate, au coucher du soleil.
La vue du haut de Hadrian’s Gate, au coucher du soleil.

6. Le spectacle de la fontaine

D’emblée, le spectacle est un peu quétaine. Une animation de jeux d’eau, de musique, de lumières et de projection. Rien d’impressionnant en comparaison à une compétition de feux d’artifice, les projections de Moment Factory ou la fontaine magique de Barcelone. Ce qui est fascinant, c’est le rapport des Turcs à Cumhuriyet Meydani (le spectacle de la fontaine). Ils chantent à tue-tête, ils dansent, ils applaudissent… surtout quand la photo d’Atatürk est projetée sur un mur d’eau. Les gens sont partout, même sur la voie du tramway. Bref, ça vaut l’arrêt, ne serait-ce que pour observer tout sauf la fontaine.

Le spectacle a lieu tous les soirs au coucher du soleil. La fontaine est située au centre de la ville, et sa musique pourra être entendue d’un peu partout dans la vieille ville.

Antalia_vieux_port
Le vieux port d’Antalia

7. Le vieux port

Entre la vieille ville et la Méditerranée se trouve le vieux port, relativement caché puisque la ville est très surélevée par rapport au niveau de la mer. Vous vous y retrouverez probablement au hasard d’une balade dans le coin. Il regorge de magnifiques bateaux,  et quelques pêcheurs s’installent dans les alentours pour jeter leurs lignes dans l’eau d’un bleu profond. À voir pour la beauté de la scène, simplement.

8. L’appel à la prière

Où que vous alliez en Turquie, vous entendrez l’appel à la prière plusieurs fois par jour. Personnellement, j’adorais ce moment, qui ne manquait pas de me rappeler que j’étais très loin de la maison (particulièrement lorsqu’on était perdus dans le port d’Istanbul). Vous verrez très vite que les Turcs n’arrêtent pas le rythme de leur journée pour aller prier. Ce qui est fascinant, c’est que chaque mosquée fait un appel distinct. Ça peut vite devenir cacophonique. Mention spéciale à la mosquée de Göreme, qui en plus de nous avoir fait bondir du lit à 5 heures du matin (son minaret était directement dans notre fenêtre), lançait un appel qui sonnait un peu trop comme The war is declared. Disons qu’on a eu chaud pendant quelques secondes.

Antalia_Pamukkale_bassins
Croyez-le ou non, il faisait environ 32 degrés au moment où j’ai pris cette photo. Ce n’est vraiment pas de la neige!

9. Une escapade à Pamukkale… et à Hiérapolis

Bon, je triche un peu, Pamukkale est à un peu plus de 3 heures de route d’Antalia. Ce petit village vaut absolument le détour par contre, puisqu’il est le seul endroit au monde à avoir ce paysage. À flanc de montagne surplombant la plaine de 200 mètres, des bassins d’eau thermale d’une blancheur absolue résultent d’une éruption naturelle de calcium du sol. Pamukkale signifie en turc “château de coton”, et l’endroit est maintenant protégé par le patrimoine mondial de l’UNESCO. Il paraîtrait même que l’eau des bassins aurait des propriétés thérapeutiques.

Malheureusement, qui dit site unique au monde dit beaucoup de touristes. Beaucoup. Des autobus et des autobus. Tellement qu’il était difficile de prendre des photos sans avoir un intrus quelque part dans l’image. Par contre, beaucoup d’autobus ne restent que quelques heures, si bien qu’au coucher du soleil, l’endroit devient presque désert. Le paysage est alors à couper le souffle, et vous pouvez en profiter en paix.

Vue imprenable sur une touriste à Pamukkale
Vue imprenable sur une touriste à Pamukkale
Le théâtre de Hiérapolis
Le théâtre de Hiérapolis

L’ancienne cité de Hiérapolis est située derrière les bassins de Pamukkale, et l’entrée des deux sites est commune. Elle est immense, et témoigne de la vie des Attalides, qui y ont construit une station thermale au IIe siècle avant J.-C. Pendant plusieurs siècles, des peuples y ont vécu, dont les Romains, qui y ont érigé la plupart des nombreux édifices. L’endroit a été magnifiquement bien conservé et restauré, si bien qu’on peut observer, encore aujourd’hui, la majeure partie du théâtre.

Nous avons commencé notre journée dans les ruines, pour ensuite descendre dans les traversins de calcium et rejoindre le village à pied. Ça s’est avéré être une bonne option pour éviter la cohue des autobus de touristes dans les bassins.

Je vous suggère d’éviter la “ancient pool”, car il s’agit vraiment d’un attrape touriste. Non seulement l’eau est visqueuse et beaucoup trop chaude, la “piscine de ruines” est en plein centre des restaurants et terrasses. Son coût d’entrée est en supplément de l’entrée au site, et ne vaut pas les quelques dollars de plus.

Carte de l'immense cité de Hiérapolis
Carte de l’immense cité de Hiérapolis

10. Parler quelques mots de turc

Cette marque de politesse sera très appréciée des Turcs. Pour commencer, il importe de comprendre comment prononcer certaines lettres:

  • c : dj
  • ç : tch
  • e : é
  • g : gu
  • ğ : muet (un peu comme le h). Allongez la voyelle qui le précède
  • h : h aspiré
  • ı : entre i et e
  • ö : eu
  • ş : ch
  • u : ou
  • ü : u
Antalia_plage_turc
Lorsqu’on sait que ş se prononce ch, le premier mot est très facile à lire (ok, la petite photo aide beaucoup.)

Voici quelques mots d’usage… bonne pratique!

  • bonjour : merhaba
  • bonjour (le matin) : günaydın
  • bonsoir : iyi akşamlar
  • bonne nuit : iyi geceler
  • comment allez-vous ? : nasılsınız ?
  • très bien, merci : çok iyiyim, teşekkür ederim.
  • S’il vous plaît : lütfen
  • Merci : teşekkür ederim | teşekkürle | mersi
  • Oui  : evet
  • Non : hayır
  • Bienvenue: Karşılama
  • Au revoir : güle güle

Si vous voulez pousser plus loin votre apprentissage, vous trouverez plusieurs ressources sur Internet. Personnellement, j’utilise souvent Busuu.

Dates de mon séjour : 24 au 27 septembre 2013

L'heure du thé sur Inönü caddesi
L’heure du thé sur Inönü caddesi
La beauté indescriptible du paysage de Pamukkale
La beauté indescriptible du paysage de Pamukkale

Budapest

Budapest_Danube
Buda à gauche, Pest à droite, séparés par le Danube.

Ah, Budapest! La capitale de Hongrie a tellement à offrir! La ville sur deux rives intéresse les touristes internationaux depuis peu, donc ne vous surprenez pas à chercher en vain des indications en anglais! L’histoire de nombreux chefs d’oeuvre architecturaux est rarement expliquée, alors armez-vous d’un bon guide touristique. Qu’à cela ne tienne, les prix sont encore très raisonnables, et la ville mérite d’être explorée.

1. Les Bains Széchenyi (et sparty!)

Les Bains Széchenyi sont magnifiques, à découvrir dans le tout aussi magnifique parc du même nom. Construits entre 1900 et 1913, ils composent le premier et toujours le plus grand établissement de bains d’Europe. Un séjour à Budapest n’est pas complet sans une escale dans une des 118 sources naturelles, puisées directement dans le sous-sol de la ville, et chauffée naturellement par la terre. C’est d’ailleurs cette ressource naturelle, qui aurait des vertus thérapeutiques, qui a incité les peuples fondateurs de la ville à s’y installer.

Spa + party = sparty! Ils l’ont l’affaire, ces jeunes Hongrois. C’est le concept d’une série d’événements qui se tiennent plusieurs fois par année dans l’un des nombreux bains thermaux de Budapest. Dj, musique électro, bar, lumières… un vrai club, mais dans l’eau. L’équivalent hongrois de notre Igloofest. Pour fêter comme un Budapestois jusqu’à 4 heures du matin, c’est la place! (Désolée, pas de photos!)

Budapest_Dunakorzo
Statue sur la promenade Dunakorzo

2. La promenade Dunakorzo

Cette balade peut être un bon point de départ pour découvrir la ville. Située du côté Pest, elle longue le Danube, vous offrant une vue magnifique sur Buda. Vous y croiserez de magnifiques édifices, et vous pouvez marcher jusqu’au Parlement, quoique vous serez trop proche pour l’admirer dans toute sa splendeur. Traversez du côté Buda à pied quand le coeur vous en dit, le fleuve n’est pas très large. Le pont des Chaînes Széchenyi (Széchenyi Lánchíd), reconnaissable à ses majestueux lions, ou le pont de la Liberté (Szabadság híd) sont de loin les plus beaux, et vous mèneront à des endroits intéressants. La colline de Buda prenant racine à quelques mètres du Danube, une bonne partie de sa rive n’est cependant qu’une rame de tramway et une voie rapide.

3. Le quartier juif (ses ruin bars et Gozsdu Udvar)

Ce coin de la ville (côté Pest) est selon moi le meilleur endroit où rester pendant votre séjour. La plupart des  appartements à louer sur Airbnb y sont d’ailleurs situés. Jeune et branché (mais pas trop), il y règne une belle ambiance avec ses multiples restaurants et bars.

Budapest_QuartierJuif_Gozsdu
Ma ruelle d’amour!

Karily Utca est une bonne rue à explorer, où on trouve d’ailleurs les fameux ruins bars! Il s’agit de bars plus ou moins improvisés, installés dans des locaux temporaires. L’idée est sympathique et les endroits sont souvent uniques. Profitez du week-end pour vous y rendre, car ils sont plutôt tranquilles durant la semaine.

Je suis tombée en amour avec Gozsdu Udvar, rien de moins qu’une ruelle magique. C’est un petit passage intime qui cache cafés, restos, pubs, bars et terrasses chauffées. Vous aurez envie d’y déjeuner chaque matin et d’y boire un verre chaque soir. Je vous suggère de boire un délicieux cocktail chez Epic Wine&More au 5 à 7. L’endroit est bondé de Budapestois le week-end, et accueille un marché d’artisans locaux le dimanche.

4. Andrassy Utca

Budapest_Andrassy_metro
Une bouche d’entrée du métro sous Andrassy Utca

L’avenue Andrassy est la 5e avenue de Budapest. Boutiques et commerces haut de gamme dominent le paysage. Lors de son achèvement en 1885, elle était considérée comme un chef-d’oeuvre urbain, si bien que le transport en commun y était interdit. Pour pallier à cette situation, on a ouvert le premier métro d’Europe continentale en 1896, The Millenium Underground Railway, sous ses pieds!

Marchez sur Andrassy pour croiser l’Opéra et rejoindre la Place des Héros au nord. À la fin septembre, l’avenue est piétonnière pendant les journées de la culture hongroise, et des centaines d’exposants s’installent pour vous faire goûter les délices de leur cuisine (goulash, saucisses et palinka!) Ou bien faites comme nous, et déambulez sur l’avenue à 4 heures du matin en quittant le Sparty pour rejoindre votre appartement!

Budapest_festival
Un des nombreux kiosques alléchants durant les journées de la culture hongroise

5. Le parc Széchenyi (et le Château de Vajdahunyad)

Budapest_PlaceDesHeros
La Place des Héros (Hosök tere)

Le grand parc de Budapest est le poumon de la ville et offre 1 km2 de verdure et différentes activités: zoo, patinoire, cirque, parc d’attractions, bains thermaux et château! Son entrée se trouve derrière la Place des Héros (Hosök tere), instauré en 1896 pour commémorer le millénaire de la Hongrie. La patinoire du parc Széchenyi est la plus grande d’Europe, avec 18 000 m2 de glace à ciel ouvert. L’endroit doit être complètement magique à l’approche des Fêtes.

Le Château de Vajdahunyad n’est pas un palais comme on a l’habitude d’en voir en Europe. Construit pour l’exposition nationale lors des fêtes du millénaire du pays, il propose mille ans d’architecture hongroise. C’est donc un melting pot de styles, totalement éclectique! Promenez-vous gratuitement dans les différents pavillons, et vous aurez presque l’impression d’être dans un DisneyWorld obscure, les mascottes en moins.

6. Le mont Gellért et sa citadelle

La légende veut que St-Gellért (St-Gérard), envoyé par le roi Étienne 1er pour évangéliser la ville, ait été poussé en bas de la montagne dans un tonneau par des païens. La magnifique cascade d’eau et la statue rendent hommage aux derniers moments de sa vie.

La citadelle, en haut de la colline, vous offrira une vue splendide sur Buda et Pest, et bien sûr sur le Danube qui les sépare. Profitez-en pour connaître l’histoire militaire de l’édifice, même si l’endroit est surtout un repère de touristes, avec boutiques, restaurants et lounge haut de gamme.

7. Gellért Baths

Budapest_GellertBaths_interieur
La majestueuse entrée du Gellért Baths

Ces bains doivent leur nom a St-Gérard, et sont situés sous la colline et la statue qui lui sont dédiés. Ils sont majestueux, et valent largement le prix d’entrée pour en profiter. Gellért regroupe des bains intérieurs et extérieurs, et même une piscine à vague!

Budapest_GellertBaths
La cour intérieure du Gellért Baths
Budapest_PalaisRoyal
Le Palais royal

8. Le quartier du Château et le Palais royal de Hongrie

Cet édifice majestueux domine la colline de Buda du côté sud. Autrefois résidence du roi et ensuite du président de Hongrie, il abrite aujourd’hui le Musée d’histoire de Budapest, le Théâtre national et la Galerie nationale, la plus grande collection d’art de Hongrie. Vous pouvez y accéder facilement en empruntant le funiculaire qui part au pied de la colline, à la sortie du pont des Chaînes Széchenyi (Széchenyi Lánchíd).

Profitez de votre passage dans le quartier du Château pour vous rendre au Bastion des pêcheurs. Il est situé est en face du Parlement (de l’autre côté du Danube), et vous offrira une vue magnifique sur toute la ville.

Vue sur le Parlement à partir du Bastion des pêcheurs
Vue sur le Parlement à partir du Bastion des pêcheurs
Budapest_croisiere
Le Parlement, absolument irréel

9. La croisière sur le Danube

L’activité vaut la peine pour admirer la ville d’un autre œil, de jour comme de soir. Le parlement, l’immeuble le plus majestueux de la ville, ne peut être admiré à sa juste valeur que sur l’eau.

Plusieurs entreprises offrent ce service, commenté ou non. Pour notre part, nous y avons eu droit gratuitement avec un billet pour le bus touristique. Informez-vous.

10. La Basilique St-Étienne

La Szent Istvan bazilica domine une jolie petite place entourée de restaurants et de terrasses, dans le quartier de l’Opéra. Pour seulement 500 forints (2,50 $), accédez au balcon de sa coupole pour admirer un superbe panorama de la ville à partir du côté Pest. L’intérieur de la basilique est accessible gratuitement et mérite d’être vu. La main droite de St-Étienne, mort en 1038, y est exposé comme sainte relique.

Vue du haut de la Basilique St-Étienne
Vue du haut de la Basilique St-Étienne
Budapest_PontDesChaines
Le pont des Chaînes Széchenyi (Széchenyi Lánchíd)

Dates de mon séjour : 21 au 24 septembre 2013

Budapest_lettres

Madrid

L'action se déroule à la Puerta Del Sol
L’action se déroule à la Puerta Del Sol

La capitale espagnole est très animée. En fait, des villes européennes que j’ai visitées au moment d’écrire ces lignes, je trouve que Madrid est celle où l’on retrouve une ouverture d’esprit et une ambiance similaire à Montréal. Mais avec la chaleur en plus. Quoi demander de mieux?

1.    Le spectacle de flamenco

Le flamenco est une expression artistique typiquement espagnole. Chant, guitare classique et bien sûr danse cohabitent sur scène pour offrir un spectacle passionné et passionnant. J’ai été complètement hypnotisée pendant plus d’une heure à regarder les danseuses et danseurs piétiner la scène au rythme de la musique. Pour vivre l’Espagne, rien ne vaut assister à un spectacle de flamenco.  Plusieurs lieux en offrent, mais Los Carboneras offre un très bon spectacle intime.

IMG_2233
Nos pieds au kilomètre zéro de l’Espagne, à la Puerto del Sol

2. La Puerta del Sol

Cette place est le cœur de Madrid, et une place où les Madrilènes se retrouvent fréquemment pour célébrer. Tout autour la ville fourmille, et vous pourrez vous promener dans les rues du quartier pendant plusieurs heures. Attention par contre si vous choisissez un hôtel dans le coin : à Madrid, ça fête fort, et jusqu’à très tard dans la nuit. Mais l’auberge THC Bergantin offre un excellent rapport qualité-prix.

3.    Museo nacional del Prado

Ce musée possède l’une des plus imposantes collections d’œuvres d’art du monde, mais seulement 40 % de celle-ci est ouverte au public, l’autre partie étant entreposée ou en restauration. L’entrée est gratuite durant certains soirs, informez-vous pour sauver quelques dollars et passer une agréable soirée au musée. Aussi, ne manquez pas de voir la magnifique petite église de San-Jeronimo, tout juste à côté du musée, qui a été restaurée récemment.

4.    Parc del Retiro

Je ne vous surprendrai pas si je vous dis que ce parc a été aménagé pour la royauté espagnole. Il est de toute beauté, avec ces grands espaces, dont un grand lac où des canots naviguent tranquillement. Le Palais de cristal est à voir également. Ne manquez pas de voir les deux cyprès, ces arbres étranges qui ornent une des parties du parc.

5.    Plaza Mayor

La Placa Mayor est une très grande place couronnée de sympathiques terrasses. Plusieurs Madrilènes s’y retrouvent pour l’apéro et il y règne une belle ambiance.

6. Museo Reina Sofia

Madrid_MuseoReinaSofia
La Révolution espagnole, de Francis Picabia

Le musée d’art contemporain Reina Sofia est énorme et vaut le détour, ne serait-ce que pour la vue que vous aurez de Madrid tout en haut. J’ai eu un coup de cœur pour une toile qui s’y trouve, La Révolution espagnole, de Francis Picabia. Oh, et il y a du Dali, c’était donc un incontournable pour moi.

7.    Les pintxos

Les pintxos, affectueusement rebaptisés pin choses lors de notre voyage, sont des petites bouchées d’origine basques offertes dans les restaurants qui s’y spécialisent. À l’inverse des tapas, qui doivent être partagées en groupe, les pintxos se mangent en une seule bouchée. Généralement au coût de 1 à 2 euros chaque, vous serez rassasié avec 5 bouchées, en plus d’avoir pu goûter à plusieurs saveurs. Bref, un concept parfait quand on mange en petit groupe.

J’ai malheureusement oublié le nom du restaurant où nous en avons mangé à Madrid, mais une adresse à Barcelone en vend une délicieuse variété : Txapela.

Coup de coeur culinaire: les pintxos!
Coup de coeur culinaire: les pintxos!

8.    Palacio reial de Madrid

IMG_2269
Le palais royal de Madrid

Le palais royal de Madrid a tout pour être digne de la royauté, incluant un magnifique jardin. Le jardin de Sabatini est magnifique, avec ses labyrinthes d’arbustes. Même si vous ne souhaitez pas entrer dans le palais pour le visiter, l’architecture extérieure et le jardin valent le déplacement.

9.    Plaza de Toros de Las Ventas

L’arène de la Plaza de Las Ventas est la plus grande d’Espagne. Je n’ai pas assisté à une corrida, car je trouve que cette tradition est malheureusement très cruelle. Je vous conseille tout de même de faire un tour à la Placa de Toros pour voir l’immensité de l’édifice et en apprendre un peu plus sur cette tradition espagnole. D’ici à ce que la région emboîte le pas à la Catalogne dans l’interdiction des corridas, vous pourrez y assister si le cœur (solide) vous en dit.

10. El Rastro

Mon dernier choix est un peu inconventionnel, car je n’y suis pas allé! Comme le marché d’El Rastro a lieu tous les dimanches, et que je n’étais pas à Madrid un dimanche, je n’ai pas pu faire autrement (en fait, j’y suis allée, mais il n’y a rien à voir les autres jours!). Bref, il s’agit d’un grand marché en plein air où les Madrilènes se retrouvent les dimanches. Allez-y pour moi svp!

Dates de mon séjour : 18 au 22 septembre 2011

Barcelone

À Barcelone, et partout en Espagne en fait, il faut aimer les viandes froides et les fruits de mer! N’oubliez pas : ici, on parle le catalan, une langue dérivée de l’espagnol. Juste assez similaire pour que vous ne sachiez pas les différencier à l’oral, mais assez différente pour que vous n’y compreniez rien! Par contre, à l’écrit, vous remarquerez que le catalan est légèrement plus près du français. Mais quelle ville fantastique!

1. La Maison-musée de Salvador Dali

Barcelone_Cadaques
Un petit port de Cadaquès

Étrange premier choix, car le musée n’est pas à Barcelone, mais bien dans le village de Cadaqués, situé à 170 km au nord-ouest de la ville.  Moi qui suis une fille de ville, je me surprends à avoir craqué pour ce petit village de pêcheurs (d’autant plus que j’ai horreur des poissons!). Après avoir parcouru 20 km de route sinueuse à flanc de montagnes (prévoyez des Gravols), Cadaqués s’étend devant la route. Un peu en retrait du village se trouve le musée de Dali, sans aucun doute le plus paisible et le plus authentique de tous ses musées (croyez-moi, j’en ai fait beaucoup!). Hébergé à même la maison où il vécut avec sa femme, le musée présente le personnage tel qu’il était, à travers les lieux où il créa une grande partie de ses œuvres (les connaisseurs reconnaîtront le paysage de Cadaqués, car il figure en arrière-plan de plusieurs des toiles de Dali). Tout a été conservé dans la maison, des photos aux accessoires de toilettes de Gala. Seuls les livres et les tableaux ont été transférés dans des musées pour une meilleure conservation. Par contre, deux tableaux sont toujours dans son atelier, deux œuvres inachevées que Dali abandonna sur place à la mort de sa femme, puisqu’il n’est jamais retourné dans cette maison.  Bref, pour mieux comprendre le personnage Dali, ou pour passer une belle journée tranquille à la mer, rien ne vaut Cadaqués. D’ailleurs, vous pourrez remercier Dali pour la quiétude des lieux, car il a défendu le village devant les promoteurs immobiliers qui voulaient le prendre d’assaut.

Comme il ne retourna jamais dans sa maison après la mort de Gala, on y trouve une toile inachevée et des pinceaux séchés, comme si le temps s'était arrêté.
Comme Dali ne retourna jamais dans sa maison après la mort de Gala, on y trouve une toile inachevée et des pinceaux séchés. Comme si le temps s’était arrêté.

2. La Sagrada Familia

Barcelone_SagradaFamilia
Les pignons de la Sagrada Familia côtoient les grues!

Ce choix s’impose, car la fameuse église est l’emblème de Barcelone à travers le monde. Chef d’œuvre inachevée du célèbre architecte catalan Antonio Gaudi, la cathédrale est toujours en construction de nos jours. Puisqu’il est assez rare que nous ayons la chance d’être au cœur de la construction d’un édifice historique, et puisque les coûts d’entrée contribuent au financement des travaux, il ne faut absolument pas manquer la Sagrada Familia. Vous pourrez en même temps en apprendre un peu plus sur Gaudi et sa démarche artistique grâce à l’exposition présentée dans l’église. Attention, si vous souhaitez monter en haut des tours avec l’ascenseur, pensez à vous présenter quelques heures à l’avance.

3.    Le Barri Gòtic

On sait par où on entre dans le quartier gothique, mais on ne sait jamais par où on va en sortir! Le plus vieux quartier de Barcelone ressemble plus à un assortiment de ruelles qui vont dans tous les sens. Pourtant, le quartier est très animé et déborde de petites boutiques qui vendent de tout et de rien. Au tournant d’une petite rue, vous déboucherez sur une petite place avec terrasse. J’ai été complètement charmée par ce quartier. Vous pouvez y entrer par la Placa del Rei (place du roi, en catalan), la plus grande place du quartier, très sympathique pour prendre un verre en début de soirée. Celle-ci est attenante à La Rambla. Je vous conseille cependant de vous munir d’une bonne carte avant d’entrer dans les petites rues étroites, car il est impossible de se repérer sinon dans le Barri Gòtic.

4. La plage de la Barceloneta

Barcelone_Barceloneta
La platja (plage, en catalan!)

Pour nous qui vivons avec trois mois d’été par an, n’importe quelle plage digne de ce nom est un cadeau du ciel. La plage de la Barceloneta en est une magnifique, en bordure bien sûr de la mer méditerranéenne. Il fait bon s’y baigner et s’y prélasser au soleil. Vous serez sûrement étonné, comme moi, de voir comment le bord de mer est exploité à Barcelone. Là, pas de « board walk » en bois, mais bien une rue et une promenade en béton, assez surélevés par rapport au niveau de l’eau. On n’est pas à Wildwood! En fait, avant les Jeux olympiques de Barcelone en 1992, le bord de mer n’était pas aménagé du tout, même qu’on dit que la ville vivait dos à la mer. Comme quoi, on prend souvent pour acquis ce qu’on a!

5.    La Casa Milà

La Casa Milà, aussi appelée la Pedrera, est un des édifices civils construits par Antonio Gaudi. Celle-ci se démarque principalement par son « toit en terrasse », à partir duquel vous aurez une belle vue sur la ville. Le toit est formé d’escaliers et ornementé de cheminées et de bouches d’aération comme seul Gaudi savait en faire. À voir.

6.    La Font Magica de Mont Juic

La Fontaine magique est situé au pied de Mont Juic, devant le Palau National. Cette gigantesque fontaine s’anime les soirs de fins de semaine pour offrir aux Barcelonais (et aux visiteurs!) un spectacle de lumière, de jets d’eau et de musique.  Tout le monde se retrouve à la fontaine, autant les jeunes familles que les ados et les personnes âgées. À voir pour le spectacle, mais aussi pour prendre le pouls de la ville et pouvoir admirer Barcelone à la tombée de la nuit. Vous pouvez également aller souper par la suite dans un des restaurants au dernier étage de l’Arena, un énorme centre commercial qui fait face au mont, de l’autre côté de la Placa d’Espanya.

7. Le Parc Guell

Barcelone_ParcGuell
Vue du haut du Parc Guell

Autre chef d’œuvre de Gaudi, le parc est en fait un échec immobilier. Le projet de vente de terrains n’ayant pas fonctionné, la ville de Barcelone a acquis le territoire pour en faire un parc public. L’endroit est souvent reconnu par son énorme banc ondulé fait de trencadis, soit une mosaïque de céramique. De toute beauté. Même si l’endroit est pris d’assaut par les vendeurs itinérants, la visite est un incontournable à Barcelone.

8.    La Rambla

Cette avenue est une grande artère piétonnière et commerciale. Il est agréable de s’y promener pour voir Barcelone s’animer. Évitez d’y manger par contre, les prix sont très chers, et la qualité est moyenne. Descendez la Rambla en partant de la Placa de la Catalunya, pour voir rendre jusqu’au Monument à Colom, tout au bout. Vous serez ensuite au bord de l’eau, prêts à poursuivre votre balade vers le Mare Magnum, ou le Port Vell. Ne manquez pas aussi de visiter le marché de la Boqueria, un peu en retrait de La Rambla, pour faire une provision de produits frais.

9.    Le Port Vell

Le Vieux-Port de Barcelone est très charmant, car il semble s’être creusé une place dans la côte. Vous trouverez plein de petites terrasses tout autour, et vous pourrez admirer les splendides bateaux qui y sont amarrés. Port Olympic, un peu plus loin, est aussi très joli.

10. El Raval

Ce quartier est un des plus cosmopolites de la ville, et vous y trouverez des restaurants de toutes les cuisines du monde. Vous pouvez y accéder à partir de La Rambla, puisque celle-ci sépare El Raval du Barri Gòtic. D’ailleurs, El Raval possède sa propre Rambla, la Rambla d’El Raval, beaucoup moins touristique, et plus sympathique pour s’asseoir et manger une bouchée.

PS Je vous conseille d’emprunter le Bus Turistic pour apprivoiser Barcelone. La formule Hop on – hop off vous permettra de visiter à votre rythme, et les trois trajets des autobus passent à proximité des principaux centres d’intérêt de la ville. Les autobus sont également munis d’audio guides qui vous présenteront sommairement les différents attraits.

Dates de mon séjour : 12 au 18 septembre 2011

La Casa Battlo, un autre chef d'oeuvre de Gaudi
La Casa Battlo, un autre chef d’oeuvre de Gaudi

Paris

Paris_TourEiffelCette ville est vraiment magnifique, mais il y règne une drôle d’ambiance. J’imagine que c’est dû à l’omniprésence des touristes.  Il est tout de même très intéressant de visiter nos voisins français, car cette grande ville regorge de trésors.

1.    La croisière sur la Seine

Paris, Ville lumière, oui d’accord. Mais rien ne vaut voir la Ville lumière lorsqu’elle brille. La croisière d’une heure sur la Seine de Bateaux Parisiens permet de voir les principaux attraits de la ville sous leurs plus beaux atours, soient lorsqu’ils sont illuminés : Tour Eiffel, Louvre, Notre-Dame, Invalides, Musée Dorsay, etc. Pour 30 euros, vous avez un souper complet (avec verre de vin!) au restaurant sur le quai, au pied de la tour Eiffel, et la croisière. Impossible de refuser. Ne manquez surtout pas la tour Eiffel lorsqu’elle scintille, toutes les 10 premières minutes de l’heure en soirée. Absolument féérique. Bien sûr, il s’agit d’une activité très touristique, mais il est difficile de s’en sauver à Paris, car après tout, elle est la capitale la plus visitée du monde.

2.    Le musée du Louvre

 On s’attend à être impressionné quand on va visiter l’un des plus vieux, plus gros et plus beaux musées du monde. Mais le Louvre vous surprendra encore plus que vous le pensiez. En plus de son architecture et des trésors qu’il contient (Mona Lisa!), le musée est fascinant à parcourir. Vous vous perdrez dans ses multiples salles et vous serez contents de découvrir ce qui s’y cache. Vous pourrez même visiter les appartements de Napoléon (bonjour l’opulence!) et le donjon du Louvre médiéval. Le musée est tellement gros qu’on dit qu’il faudrait 4 mois pour passer seulement une minute devant chaque œuvre. Bref, on doit faire des choix, mais la visite est un incontournable.

3.    Montmartre

Paris_ButteMontmartre
J’aurais pu passer des heures assise sur la Butte Montmartre…

Ceux qui me connaissent bien savent que je suis une fan finie d’Amélie Poulain. Une balade dans Montmartre s’imposait donc pour ma brève visite à Paris. La butte Montmartre, cœur du quartier, est géniale pour avoir une vue imprenable sur la ville (sauf la Tour Eiffel, qui est cachée derrière un arbre). Le Sacré-Cœur, qui domine la butte, est une très belle église qu’on a envie d’admirer toute la journée. Installez-vous dans un café au pied de la butte et savourez la beauté de Montmartre. Ou, si vous êtes comme moi, rendez-vous au fabuleux Café des deux moulins, au 15 rue Lepic.

4.    La tour Eiffel

Paris_TourEiffel
Magnifique vue sur la tour Eiffel à partir de la Place du Trocadero

Je ne pouvais bien sûr pas passer à côté.  La tour est vraiment gigantesque, et elle trône au milieu d’un incroyable aménagement, d’un côté avec les champs de mars et de l’autre avec la Place du Trocadero. D’ailleurs, accédez à la Tour Eiffel en passant par cette place. Vous verrez la tour apparaître entre deux édifices, dans toute sa splendeur. Magnifique. Si vous voulez y monter, prévoyez quelques heures, car l’attente est généralement très longue.

5.    Le Jardin des Tuileries

Par un bel après-midi, attrapez au passage le nécessaire pour faire un pique-nique : fromage, baguette, viande froide, raisins, etc. Les petits marchands qui offrent ces produits débordent à Paris. Rendez-vous ensuite au Jardin des Tuileries pour une journée de on-ne-fait-rien-sauf-une-sieste-au-soleil. Le jardin est d’une beauté incroyable, pas surprenant puisqu’il était autrefois adjacent à une résidence royale. Aujourd’hui inscrit dans le patrimoine de l’UNESCO, le parc accueille autant les touristes que les Parisiens par beau temps. Vous pouvez même y admirer l’imposante architecture du Louvre, puisque le musée est juste à côté.

6.    Les Invalides

Vous remarquerez probablement l’hôtel national des Invalides de très loin, en raison de son magnifique toit doré. L’établissement accueille encore aujourd’hui des invalides (blessés de guerre), mais il est aussi un musée militaire. Même si vous ne souhaitez pas payer pour le visiter, passez y faire un tour, vous pourrez en admirer l’architecture, même du jardin intérieur, sans devoir débourser.  Aussi, vous pourrez voir tout près la Place de la Concorde, où avaient lieu les exécutions publiques, et ensuite remonter les Champs Élyssés jusqu’à l’Arc de triomphe.

7.    Arc de triomphe

L’Arc de triomphe a été commandé par Napoléon pour commémorer les victoires de la France. Il est très imposant, d’autant plus qu’il trône au milieu d’un axe formé entre autres par les Champs Élyssés. Vous pouvez y monter pour une vue sur la ville. Remarquez bien la circulation incroyablement chaotique autour de celui-ci : il s’agit du plus gros carrefour giratoire de France. Un sacré bordel comme ils disent.

8.    Le 5e arrondissement

Ce quartier est un des plus anciens de la ville. Il y règne une belle ambiance, principalement en raison de la présence de plusieurs étudiants. Le Quartier de la Huchette, une place piétonnière remplie de restaurants et des petites boutiques, est particulièrement sympathique. Essayez le couscous du restaurant Au bon couscous, car oui, il est très bon.

9.    La Place du Tertre

Cette sympathique petite place en située en plein cœur de Montmartre, juste derrière le Sacré-Cœur. Elle déborde de marchands de rues et de terrasses. Bien qu’elle soit très touristique, elle est tout de même très agréable. Si le cœur vous en dit, visitez Dali à la galerie Espace Dali qui est à quelques pas.

10. Le vin

Bien oui, j’aime le vin. Et Paris égale vin. Pour 12 euros, vous avez une très bonne bouteille, en restaurant en plus. Donc pas besoin de vous dire que tous les soupers sont bien arrosés. De quoi s’assurer de passer de très belles vacances!

Paris_CafeDesDeuxMoulins
Une petite vitrine dans le Café des deux moulins rappelle le film qui l’a rendu célèbre.
Paris_Carrousel_TourEiffel
Joli carrousel, tout près de la Tour Eiffel

Dates de mon séjour : 9 au 12 septembre 2011